la vie sous Nicole goueta

Chers habitants des quartiers Sud de Colombes : Nicole Goueta vous a menti (à vous aussi)

carte_municipales_2014_colombesIl n’est pas besoin d’être un fin analyste des scrutins électoraux pour voir sur la carte des résultats de la municipale que l’électorat de Nicole Goueta est encore, même si je pense que ce n’est pas immuable, plutôt localisé dans les quartiers sud de Colombes. C’est à ces habitants qu’elle s’est adressé en premier lieu durant sa campagne, ce sont eux qui adhérent le plus à ses idées, et pourtant je vois au moins deux points sur lesquels elle leur a menti, ou tout du moins, pour lesquels sa politique risque d’avoir les résultats inverses de ses promesses.

Elle promettait de préserver les pavillons et d’endiguer la croissance de la population de la Ville, vent debout contre la « Ville à 100 000 habitants ». Pourtant en laissant la Ville aux promoteurs et en multipliant les projets privés de constructions à Colombes, elle ne fait qu’encourager cette mutation, qu’accélérer ce mouvement.

Elle promettait la sécurité, sa politique de clivage et d’abandon des quartiers populaires ne fait que réveiller de vieilles rancœurs et crée des tensions entre les populations qui risque de dégrader encore plus la situation…

Deux points importants de son discours de 2014, qui semble bien loin à présent pour ne laisser la place qu’à une fausse « non augmentation » d’impôts.

(Carte empruntée à Alexandre Laignel : retrouvez son merveilleux travail sur son blog)

Standard
colombes, la vie sous Nicole goueta

A colombes, la municipalité confond communication et propagande

 

propaganda

Cap’com, portail dédié à la communication publique et territoriale  définit ainsi le communication des collectivités locales dans son article « qu’est ce que la communication publique » :

« La communication des collectivités locales a sa place particulière. Fortement attachée à des territoires et à des institutions, elle est chargée, au-delà de l’information des habitants – consommateurs de services -, d’une mission de service public en direction des citoyens, acteurs de la vie locale. Elle côtoie la communication électorale des élus locaux à laquelle elle évite d’être assimilée. »

Il s’agit donc d’informer les habitants et se défend d’être partisane, ce qui normal puisqu’elle est financée par l’ensemble des habitants, quelles que soient leurs idées politiques.

La propagande est quant à elle définie sur wikipedia par « un ensemble d’actions psychologiques exercées sur les pensées et les actes d’une population, afin de l’influencer »

L’affiche « 0% » de Nicole Goueta, même si on peut discuter du fond, peut donc entrer dans la catégorie communication locale. En revanche, en stigmatisant non seulement un parti mais un autre élu, en l’occurrence le parti socialiste et le député Alexis Bachelay, l’affiche concernant les baisses de dotations de l’état est clairement une affiche partisane et de propagande politique payée avec l’argent des Colombiens.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que Les Républicains se trompent de caisse…

Standard
colombes, la vie sous Nicole goueta

Chronique du Conseil Municipal de Colombes : Intimidations

Jeudi dernier, 24 mars 2016, a eu lieu un conseil municipal à Colombes. Au fond de la salle, quelques citoyens, dont moi, filmaient les débats concernant le budget (nous y reviendrons).

Durant les débats, un conseiller municipal se lève et va parler au responsable de la sécurité. 30 secondes après, ce même responsable vient me voir. Ci dessous un restranscription, aussi fidèle que possible, de notre conversation :

« – Vous filmez là ?

– Oui

– Je vais vous demander d’arréter.

– Ha bon et pourquoi, c’est interdit ?

– Certaines personnes, des conseillers municipaux se sentent épiés, ça les gène, ils m’ont demandé de faire arréter pour respecter leur droit à l’image…

– C’est interdit de filmer les conseils municipaux ?

– Y’a un monsieur qui va porter plainte contre vous, je vous informe.. »

N’ayant pas prévu de venir avec la jurisprudence ou mon avocat, j’ai décidé d’arréter. Le responsable est alors allé voir deux autres personnes pour leur demander d’arréter, ce qu’ils ont aussi fait… Evitant par là même de déranger les débats.

Malheureusement nos débats ne sont pas très audibles sur le film, j’ai néanmoins réussi à extraire une partie des échanges dans la vidéo que je poste ici :

Démocratie à Colombes

"- C'est interdit de filmer les conseils municipaux ?- Y'a un monsieur qui va porter plainte contre vous, je vous informe…"

Posté par Philippe Claude sur samedi 26 mars 2016

 

Je ne comprends pas très bien la réaction d’élus de la majorité de Colombes qui ne souhaitent pas laisser de traces de leur activité au sein du conseil : n’assumeraient-ils pas leurs actes ?

De plus, renseignement pris, il est tout à fait légal et autorisé de filmer le Conseil Municipal et les élus. Encore une fois, la démocratie est bafouée à Colombes. Je crois savoir que l’équipe municipale a été informée, dans tous les cas ce post devrait les mettre au courant… Espérons que cela ne se reproduira plus (nous avons les textes maintenant).

 

 

Standard